Le diabète de type 2 s'aggrave-t-il toujours ?

L'idée la plus dangereuse que vous êtes susceptible de rencontrer après avoir reçu un diagnostic de diabète est la conviction que la science a prouvé, sans aucun doute, que quoi que vous fassiez, votre diabète de type 2 s'aggravera.

Vos médecins le croient probablement. Bien qu'ils puissent donner du bout des lèvres à l'idée que vous pouvez contrôler votre maladie par l'alimentation, l'exercice et les médicaments, la plupart des médecins de famille croient en fait que rien de ce que vous pouvez faire ne fera une grande différence dans votre résultat à long terme. C'est pourquoi ils ne vous pousseront probablement pas à adopter une approche agressive pour gérer votre maladie, mais se contenteront de rédiger des ordonnances pour des médicaments qui, s'ils font quoi que ce soit, font un travail médiocre pour contrôler votre glycémie.

Pourquoi les médecins croient ce mythe toxique

Ils ont vu de mauvais résultats chez leurs propres patients

Les médecins vous diront qu'ils ont traité de nombreux patients atteints de diabète de type 2 et que peu, voire aucun, de leurs patients peuvent contrôler leur diabète avec un régime alimentaire. Ils diront que leurs patients ne peuvent pas perdre du poids et que même avec un bon contrôle, ils finissent par avoir des complications.

Ce qu'ils ne comprennent pas, c'est que le régime qu'ils ont recommandé, grâce au partenariat de l'American Diabetes Association avec tant d'autorités sanitaires nationales et étatiques, est un régime riche en glucides et pauvre en graisses qui contient tellement de sucre et d'amidon qu'il augmenterait la glycémie de la plupart des gens normaux. Les bananes et le pain de blé entier ne contrôleront pas le diabète, mais un régime qui réduit votre consommation d'amidon et de sucres le fera souvent, quelle que soit la quantité de graisse qu'il contient.

Ils pensent que l'étude UKPDS a « prouvé » que les personnes ayant un bon contrôle se détériorent

Les médecins vous diront également qu'une étude à grande échelle, l' UKPDS (United Kingdom Prospective Diabetes Study) a prouvé que même avec un bon contrôle, les patients atteints de diabète de type 2 se détérioraient inévitablement avec le temps.

L'UKPDS, vous diront-ils, a constaté que les résultats du test A1c des patients avec un bon contrôle s'aggravaient progressivement chaque année. Non seulement cela, mais de nombreux médecins pensent également que l'UKPDS a vraiment montré qu'un bon contrôle ne peut faire qu'une petite différence dans le taux de complications, et qu'en conséquence, de nombreuses personnes bien contrôlées ont encore des complications.

Ce dernier morceau n'est pas juste que je sois paranoïaque. Pendant de nombreuses années, vous pouviez le lire dans les mots du Dr Roy Taylor, professeur de médecine et de métabolisme à l'Université de Newcastle upon Tyne. Ses propos sont apparus dans une présentation de diapositives qu'il a donnée à d'autres médecins spécialistes. Cette conférence a été présentée par le Centre Annenberg des sciences de la santé et publiée par Medscape le 22 décembre 2003 en tant que cours en ligne offrant un bon pour gagner un crédit de formation médicale continue (FMC). Malheureusement, le lien vers ceci a maintenant expiré .

Dans cette présentation, le Dr Taylor a souligné un graphique tiré des données UKPDS intitulé « Sujets diabétiques de type 2 nouvellement diagnostiqués montrant une progression de la rétinopathie ». Il expliqua,

Ces données sont généralement présentées comme montrant une merveilleuse différence entre les groupes, [ceux qui contrôlent leur glycémie et ceux qui ne contrôlent pas leur glycémie] 37% de réduction du risque relatif. Mais jetez un autre regard. Cette pente est malheureuse. Cette pente est presque également regrettable pour les individus concernés. Bien qu'un traitement intensif du diabète de type 2 sur 15 ans fasse une différence, ce n'est pas une différence énorme.

Plus tard, lorsqu'il a discuté des résultats de l'UKPDS sur la progression des lésions nerveuses, il a déclaré que "la fonction nerveuse anormale continue de progresser inexorablement".

En discutant des premiers signes de lésions rénales, il a livré le même message. "La thérapie intensive [c'est-à-dire le contrôle de la glycémie] ne semble pas pouvoir arrêter cela."

Ce n'était donc pas une surprise lorsque ce médecin très influent a conclu que le contrôle de la glycémie dans le diabète de type 2 peut faire une petite différence,

... mais pas une différence si énorme que vous voudriez faire tout votre possible en tant que patient pour y parvenir, peut-être, si on vous montrait ce graphique et qu'on vous disait que sur 15 ans de thérapie intensive, vous ne seriez pas très différent par rapport avec une approche « laissez faire ».

Abandonnez tout espoir, vous qui entrez ici?

Si le Dr Taylor avait raison, il serait logique d'adopter une attitude fataliste envers votre diabète. Si un diagnostic de diabète vous condamne à une vie hantée par de vilaines complications et une mort prématurée, pourquoi vous soumettre à toutes les misères d'un régime alimentaire à vie et à la lutte pour surveiller ce que vous mangez chaque jour ? S'il n'y a rien que vous puissiez faire, c'est un comportement rationnel de déplacer votre énergie ailleurs et de profiter de la vie - y compris les aliments que vous aimez - pendant que vous le pouvez.

Mais ce n'est pas vrai, et ceux d'entre nous actifs dans la communauté du diabète en ligne qui ont atteint une glycémie normale et proche de la normale pendant ces 15 années que le Dr Taylor a trouvées si déprimantes ne connaissent pas les terribles complications qu'il s'attendait à ce que nous ayons. Le Dr Taylor et ses pairs ont raté un point extrêmement important lors de l'examen des données UKPDS.

« Un bon contrôle » dans UKPDS et la pratique médicale courante est un contrôle vraiment médiocre

Bien que les médecins voyaient des patients avec ce qu'ils appelaient un « bon contrôle » développer des complications, et bien que l'UKPDS ait montré que les patients avec ce qu'ils définissaient comme un « bon contrôle » se détérioraient avec le temps, le « bon contrôle » dans l'étude UKPDS, comme c'est le cas dans la plupart des études médicales, a été défini comme ayant des valeurs de test A1c proches de 7,0 %.

Au moment de la publication de l'UKPDS, le taux d'A1c à 7,0 % correspondait à une glycémie moyenne de 172 mg/dl (9,6 mmol/l). (De récentes études CGMS suggèrent que la moyenne pourrait être plus proche de 155 mg/dl ou 8,5 mmol/L) Quelle que soit l'équivalence réelle, cette glycémie moyenne est considérablement plus élevée que le niveau auquel la neuropathie commence, les artères commencent à se raidir, les reins commencent à colmatage, et des dommages aux cellules bêta se produisent - que nous avons documentés ICI est de 140 mg/dl (7,8 mmol/L) après les repas et, dans certains cas, un A1c augmentant de plus de 6,0%.

Les participants UKPDS avaient probablement des pics supérieurs à 200 mg/dl (11 mmol/l)

Plus important encore, vous devez réaliser qu'un résultat de test A1c de 7,0% reflète une glycémie moyenne soutenue au cours des derniers mois. Et parce qu'il s'agit d'une moyenne, il ne fait pas de distinction entre la personne dont le taux de sucre dans le sang moyen de 172 mg/dl a été atteint en maintenant sa glycémie à un niveau stable de 172 mg/dl tout au long de la journée et la personne dont la glycémie a augmenté jusqu'à 300 mg/dl après avoir mangé des repas riches en glucides, puis a chuté à 70 mg/dl lorsque l'insuline a démarré, insuline injectée ou stimulée par les sulfonylurées qui forcent les cellules bêta à produire plus d'insuline.

Les participants à l'étude UKPDS ont été invités à suivre un régime pauvre en graisses et riche en glucides et ont reçu de la metformine, des médicaments stimulant l'insuline et de l'insuline pour contrer les pics de glycémie post-prandiaux très élevés que ce régime provoque.

Il est donc probable que la plupart des participants à l'UKPDS - et les patients de vos médecins qui ont suivi les conseils standard des diététistes pour suivre un régime riche en glucides et pauvre en graisses - voici ce qui s'est passé : ils ont passé des heures chaque jour après avoir mangé avec leur sang sucres quelque part entre 200 et 300 mg/dl mais ces hauts ont été équilibrés par d périodes d'hypoglycémie stimulée par l'insuline.

Ceux qui ont reçu des médicaments à base d'insuline et de sulfonylurées ont été invités à manger des collations riches en glucides pour éviter la possibilité très réelle de connaître des épisodes d'hypoglycémie dangereux et même mortels, car il est impossible de contrôler la quantité d'insulinostimulants libérés et les médecins dans l'UKPDS ne faisaient pas correspondre l'insuline à l'apport en glucides des participants. Ainsi, les patients de l'UKPDS avaient probablement une glycémie qui montait et descendait toute la journée, ce qui entraîne de graves complications diabétiques.

UKPDS a vraiment prouvé qu'un A1c dans la plage de 7% est toxique !

Les résultats de l'UKPDS montrent que les patients suivant un régime riche en glucides et utilisant des régimes médicamenteux permettant à leur glycémie d'augmenter suffisamment pour produire une glucotoxicité pendant de nombreuses heures chaque jour continueront de présenter des complications. Ces patients verront également leur contrôle de la glycémie se détériorer au fil du temps à mesure que leurs cellules bêta restantes succomberont à la glucotoxicité.

Pensez-y de cette façon : que penseriez-vous de la compétence d'un médecin qui vous a dit que la plupart des patients qui arrêtent de fumer développent un cancer du poumon, mais définit « arrêter de fumer » comme « Fumé seulement 10 cigarettes par jour ? »

C'est exactement la même chose qui se passe ici, car les objectifs de glycémie que les médecins prescrivent à leurs patients sont bien au-dessus du niveau où de bonnes recherches ont prouvé que les organes sont irrémédiablement endommagés. (Détails ICI .)

Une note sur les nouveaux équivalents ADAG A1c

La dernière formule proposée pour assimiler les résultats de l'A1c à la glycémie moyenne abaisse la glycémie moyenne équivalente pour un A1c à 7 % à 155 mg/dl ou 8,6 mmol/L. Cependant, cela reste supérieur au niveau de 140 mg/dl (7,7 mmol/L) auquel les dommages surviennent et, plus important encore, puisqu'il s'agit d'une glycémie moyenne, il continue de masquer ces pics de glycémie post-repas très élevés qui endommagent vos organes.

L'A1c qui correspond à une glycémie vraiment normale

Bien que votre médecin puisse qualifier une valeur proche de 7,0 % de « bon contrôle », le taux de sucre dans le sang qui correspond à ce que ressentent les personnes vraiment normales est proche de 5,0 %. En utilisant la dernière formule pour convertir l'A1c en glycémie moyenne, cet A1c de 5,0% se traduit par une glycémie moyenne de 97 mg/dl ou 5,4 mmol/L.

Une autre étude, EPIC-Norfolk, a révélé que le risque de décès par crise cardiaque pour toutes les personnes, pas seulement celles atteintes de diabète, était deux fois moins élevé lorsque les résultats du test A1c étaient inférieurs à 5,0% que lorsqu'ils étaient supérieurs. Cependant, le risque des autres complications diabétiques classiques - lésions nerveuses, cécité et insuffisance rénale - reste très faible tant que l'A1c reste inférieur à 6,0%, ce qui est la plage que la plupart des laboratoires attribuent à "normal". Cet A1c de 6,0 % se traduit par une glycémie moyenne de 126 mg/dl ou 7,0 mmol/l en utilisant la formule ADAG la plus récente.

Une autre étude moins connue a des résultats plus impressionnants que UKPDS

Comme nous l'avons mentionné précédemment, l'A1c n'est qu'une moyenne. Il ignore la question très importante de savoir comment l'hyperglycémie augmente après les repas. Alors, que se passe-t-il si, au lieu de mesurer uniquement l'A1c, vous mesurez la glycémie après les repas et essayez de contrôler à quel point elle monte ?

Une étude japonaise révolutionnaire répond définitivement à cette question. Les chercheurs de cette étude, menée à Kumamoto au Japon, ont découvert qu'en utilisant des objectifs de glycémie après les repas, ils étaient en mesure de maintenir les A1cs des participants à leur étude stables tout au long de son cursus de 6 ans. Au lieu du « déclin inévitable » du contrôle de la glycémie que nous avons observé dans l'UKPDS, ces personnes atteintes de diabète de type 2 n'ont vu aucune détérioration du tout.

Non seulement cela, mais au cours de l'étude, l'incidence de la rétinopathie, des lésions rénales et des lésions nerveuses était considérablement plus faible dans le groupe qui maintenait un contrôle strict de sa glycémie après les repas. En fait, le groupe d'intervention intensive dans son ensemble a vu de légères améliorations des qualités de leurs lésions nerveuses à la fin de l'étude plutôt que la détérioration observée dans toutes les autres études.

Résultats à long terme de l'étude Kumamoto sur le contrôle optimal du diabète chez les patients diabétiques de type 2. Motoaki Shichiri, Hideki Kishikawa, Yasuo Ohkubo, Nakayasu Wake. Traitements diabétiques. Volume 23 Supplément 2, 2000.

Ce qui rend cette étude si intéressante, c'est que les résultats moyens du test A1c des personnes du "groupe d'intervention intensive" de Kumamoto étaient identiques à l'A1c moyen des personnes de l'UKPDS au début de l'étude. Ce qui était différent, c'est que la stratégie de contrôle de la glycémie utilisée par l'étude de Kumamoto visait à maintenir la glycémie après les repas à un niveau inférieur.

Alors que la glycémie moyenne était la même pour les deux groupes, le groupe Kumamoto n'a JAMAIS laissé sa glycémie osciller aux niveaux élevés atteints par les participants à l'étude UKPDS.

C'est une très bonne nouvelle pour les personnes qui ne souhaitent pas succomber à un déclin inévitable. Et, en fait, c'est une nouvelle encore meilleure que ce qui précède ne le suggère, car les patients de l'étude de Kumamoto contrôlaient leur glycémie à l'aide d'un régime intensif d'insuline qui exigeait qu'ils maintiennent leur glycémie à un niveau supérieur à la normale pour éviter le danger de graves hypoglycémie. Ainsi, les personnes du groupe "intervention intensive" dont les résultats étaient si impressionnants par rapport au groupe "intervention intensive" de l'UKPDS avaient toujours un taux d'A1cs proche de 7,0 % et une glycémie post-repas qui montait à 180 mg/dl après les repas.

Cela suggère que l'utilisation d'un objectif de glycémie après les repas encore plus bas pourrait réduire davantage l'incidence des complications. Les sujets de l'étude de Kumamoto, bien qu'ils aient eu beaucoup moins de complications, ont quand même développé certaines des complications diabétiques classiques. Étant donné que leur objectif de glycémie - 180 mg/dl (10 mmol/L) était bien au-dessus du niveau de 140 mg/dl (7,7 mmol/L) où les complications commencent, cela aurait pu être prédit.

La vraie valeur de cette étude est de montrer que l'A1c est une mauvaise mesure du contrôle et que l'abaissement des objectifs de glycémie après les repas est beaucoup plus efficace pour prévenir les complications, indépendamment de l'A1c.

Une étude de 2006 prouve que tous les types 2 ne se détériorent pas et que certains s'améliorent même

Une étude à long terme menée auprès de personnes atteintes de diabète de type 2 à la clinique Mayo a mesuré les niveaux de peptide C des personnes atteintes de diabète de type 2 tous les deux ans sur une période de douze ans. Voici ce qu'ils ont trouvé :

Sécrétion d'insuline. . . diminuait avec l'augmentation de la durée du diabète chez environ la moitié des patients, mais augmentait ou restait essentiellement constante au fil du temps dans l'autre moitié.... Ces données indiquent que bien qu'une diminution de la sécrétion d'insuline au fil du temps soit caractéristique du diabète de type 2, elle n'est pas inévitable.

Voici ce qui crie sur la page : pourquoi n'ont-ils pas étudié les personnes dont la production d'insuline n'a pas diminué ou s'est améliorée et n'en ont-ils pas appris un peu plus à leur sujet ? Étaient-ils mieux contrôlés ? Manger un certain régime? Et l'augmentation de l'insuline était due à une résistance accrue à l'insuline ou à une diminution du stress glycémique. Sans ces informations, l'étude n'est pas aussi informative qu'elle pourrait l'être. Mais il répond certainement à la question « Dois-je me détériorer » par un « Non !

Effets de la durée du diabète sucré de type 2 sur la sécrétion d'insuline. Farhad Zangeneh, et al. Endocr Pract. 2006;12:388-393. Texte intégral disponible ICI

Que faire si vous maintenez les pics de glycémie après les repas en dessous de 140 mg/dl ?

Le simple fait d'empêcher la glycémie de dépasser 180 mg/dl a fait une énorme différence dans l'incidence des complications et a même amélioré la neuropathie. Mais nous savons que la neuropathie commence lorsque la glycémie dépasse 140 mg/dl. Donc, la question qui reste sans réponse dans cette étude est la suivante : qu'arriverait-il aux personnes atteintes de diabète de type 2 qui seraient capables de maintenir leur glycémie en dessous de 140 mg/dl - le niveau auquel on pense que de graves dommages commencent ?

Malheureusement, vous ne trouverez pas d'étude qui réponde à cette question, car la plupart des médecins pensent qu'il est impossible pour les personnes atteintes de diabète de type 2 d'atteindre ce niveau de contrôle.

Et c'est impossible si les patients le tentent tout en suivant un régime riche en glucides. Mais de nombreuses personnes en ligne qui suivent un régime pauvre en glucides ont découvert qu'elles étaient capables d'empêcher leur glycémie après les repas d'augmenter de plus de 140 mg/dl, sans s'injecter d'insuline.

La clé est la stratégie connue sous le nom de "Manger à votre compteur"

La façon dont les personnes atteintes de diabète de type 2 parviennent à un contrôle vraiment bon est décrite ici : Comment faire baisser votre glycémie

Cette stratégie est simple. Vous utilisez votre glucomètre pour tester votre sang après chaque repas et éliminez de votre alimentation les aliments qui augmentent votre glycémie à plus de 140 mg/dl à une heure et de 120 mg/dl à 2 heures.

Cette stratégie a fonctionné pour de nombreuses personnes dont l'A1c atteignait 13,0% au moment du diagnostic et qui ont pu les ramener à 5% en quelques mois. J'ai maintenu un A1c dans la plage de 5% pendant la plupart des 18 dernières années. Je n'ai développé aucune des complications diabétiques classiques.

Certaines personnes peuvent atteindre ce niveau de contrôle avec le seul contrôle alimentaire. D'autres trouvent qu'il est utile de prendre de la metformine. Certains auront besoin d'insuline. Mais la plupart des personnes atteintes de diabète de type 2 peuvent y parvenir sans mesures extrêmes ni régimes de famine et beaucoup le font.

Où sont les études sur les conséquences à long terme d'un contrôle vraiment efficace ?

Il n'y en a pas. À ce jour, il n'existe aucune étude sur les personnes atteintes de diabète de type 2 qui ont constamment atteint des niveaux de sucre dans le sang après les repas inférieurs à 140 mg/dl. En fait, la plupart des études en dehors de l'étude de Kumamoto ont complètement ignoré la question de savoir quelles valeurs les participants ont atteint après le repas.

Parce que nous n'avons que des études qui montrent que les patients qui maintiennent une glycémie dans la plage toxique bien au-dessus de 140 mg/dl et qui dépassent 200 mg/dl par jour se détériorent inévitablement, il est prématuré de conclure que tous les patients atteints de diabète de type 2 se détériorent inévitablement.

Ne vous contentez pas de la médiocrité, peu importe ce que votre médecin vous conseille

Les médecins ont en effet vu des milliers de patients atteints de diabète de type 2 ne pas perdre de poids, car ils les ont soumis à des régimes pauvres en graisses et riches en glucides qui ne fonctionnent pas pour les personnes atteintes de diabète. Ils les ont vus développer des complications avec un bon contrôle, uniquement parce que "un bon contrôle" signifiait un pic de plus de 200 mg/dl après chaque repas riche en glucides.

Les études sur les "régimes à faible teneur en glucides" et le diabète ont donné des résultats décevants, mais la raison en est que les régimes prescrits dans ces études étaient les régimes cétogènes très restrictifs que d'autres études ont montré à très peu de personnes, qu'elles soient diabétiques ou non. , peut s'en tenir à. Les personnes qui suivent un régime cétogène pendant un certain temps, puis finissent par s'en débarrasser, ne voient pas d'améliorations spectaculaires de leur santé. Mais de nombreuses personnes actives dans la communauté du diabète en ligne qui limitent les glucides sans suivre de régimes cétogènes extrêmes ont pu s'en tenir à leur régime pendant des années, voire des décennies. Ils ont très bien réussi. Il en va de même pour ceux qui combinent une restriction modérée des glucides avec les quelques médicaments antidiabétiques sûrs qui sont disponibles.

Qu'avez-vous à perdre?

Si vous suivez un régime hypoglycémiant, "Mangez à votre mètre", et maintenez votre glycémie en dessous de 140 mg/dl à tout moment, et une décennie plus tard, des études montrent que même avec un excellent contrôle et une glycémie normale, les patients continuent de se détériorer, tous que vous aurez perdu est beaucoup de repas riches en glucides (et peut-être un peu de poids). années, les études montrent que maintenir une glycémie inférieure à 140 mg/dl à tout moment prévient la plupart des complications diabétiques, vous avez peut-être payé pour votre choix avec des saignements de la rétine, des reins défaillants et des orteils gangrenés.

J'ai décidé d'aller avec cet objectif de 140 mg/dl en 1998, quand on m'a diagnostiqué des taux de sucre dans le sang qui montaient dans la fourchette moyenne de 200 mg/dl après avoir mangé des glucides. J'ai ajouté des médicaments sûrs, de la metformine, de l'insuline et plus tard du répaglinide, car cela m'a permis de manger suffisamment de glucides pour pouvoir continuer à atteindre mes objectifs au fil des années sans me sentir complètement privé. Cette approche a bien fonctionné pour moi et je la recommande fortement. Mais l'approche que vous choisissez dépend de vous. N'oubliez pas que ce ne sont pas la rétine, les reins et les orteils de votre médecin qui sont en danger ici.